La production de la parole – parler – est un processus si ancré en nous, si facile, que nous en oublions sa grande complexité. Si 26 muscles sont nécessaires pour sourire, imaginez le nombre nécessaire à la prononciation des syllabes d’une phrase complexe. Une centaine !

Le système moteur, l’ensemble des circuits neuronaux qui contrôlent nos muscles, a donc un rôle essentiel dans notre capacité à communiquer oralement.
Est-ce que le système moteur change au cours du vieillissement? Pour le savoir, 60 participants en santé, de 18 à 83 ans, sont passés au laboratoire pour y effectuer une tâche. La tâche en question? Lire à voix haute une série de non-mots, c’est-à-dire des mots sans signification, p.ex. « difeli ». Le temps de réponse et la durée de réponse des participants ont été mesurés, et le taux d’erreur des participants a été calculé après l’écoute des enregistrements vocaux par 2 arbitres.

Les résultats, publiés récemment dans la revue Psychology & Aging, montrent une diminution de la justesse des non-mots prononcés et une augmentation de leur durée avec l’âge. Ces résultats suggèrent un déclin dans la planification et l’exécution des mouvements musculaires liés à la production de la parole. Ces résultats, jumelés à ceux d’études précédentes du laboratoire, pointent vers un lien possible entre le déclin de la production de la parole avec l’âge et le vieillissement du cerveau, particulièrement au sein du système moteur.

D’autres études sont nécessaires afin de préciser la nature et la portée du vieillissement du cerveau dans la planification et l’exécution d’ordres moteurs.

Lien de l’article : https://speechneurolab.ca/…/Tremblay_etal_2018_PsychAging.pdf.

Crédit image : ahmedgad/Pixabay

Authors

,