jeudi, 16 juillet 2020 16:17

Contrôles en recherche

Comparer des pommes avec des pommes, des souris avec des souris et… des humains avec des humains. Voilà un grand défi auquel font face toutes les équipes de recherche : trouver des participants et participantes qui répondent à des critères précis afin de réduire le plus de variables confondantes possible.

Variables confondantes ?

Une variable confondante (parfois appelée parasite) c’est tout facteur qui influence un phénomène à l’étude et qui nuit à l’établissement clair d’une relation entre les variables d’intérêt. Ces facteurs peuvent être en lien avec la procédure et les outils de collecte de données, les consignes, ou encore avec la sélection des participants et participantes. Ainsi, selon les études, les variables confondantes en lien avec les participants prendront différentes formes. Alors qu’une étude sur le langage contrôlera la langue des participants et participantes, une étude sur la vision contrôlera le port de lunettes, et une étude sur la santé pulmonaire contrôlera pour le tabagisme. De la même manière, une étude sur les troubles alimentaires exclura les personnes qui n’ont pas de trouble de ce type. Une étude sur l’effet de la COVID sur l’apprentissage ne recrutera que des enfants d’âge scolaire. Aucune de ces études n’effectue de discrimination. Ces contrôles permettent aux équipes de recherche de répondre aux questions scientifiques posées en s’assurant que la population à l’étude ne varie pas sur certains facteurs clés.  Prenons l’exemple d’une étude qui s’intéresserait à l’impact de deux régimes alimentaires sur l’incidence de maladies du cœur. Un facteur confondant ici serait l’obésité. En effet, l’obésité constitue un facteur de risque de maladie du cœur, ce qui pourrait influencer la relation mesurée entre le régime et la présence de ces maladies. Si les participants et participantes du groupe A ont un poids plus élevé que ceux et celles du groupe B, il sera impossible de séparer l’effet du régime de celui du poids !

Comment la recherche peut-être gérer ces situations ?

Facebook Criteres dinclusion

Rongeurs vs humains

Les études sur les animaux de laboratoire comme les souris ont l’avantage certain d’assurer une standardisation totale des animaux par la création de lignées spécialement conçues pour la recherche. Les souris de laboratoire sont bien loin des souris des champs ! Le saviez-vous ? Ces lignées sont obtenues par l’accouplement d’individus issus d’une même portée sur plusieurs générations, ce qui en fait des souris consanguines qui sont génétiquement identiques, comme des clones. Ces lignées peuvent ensuite subir des modifications génétiques, p. ex. pour permettre l’observation de cellules fluorescentes ou pour mimer une maladie humaine. En plus de contrôler la variabilité génétique des souris et autres rongeurs de laboratoire, il est possible de contrôler leur nourriture, leur habitat, leur niveau de stress, leur cycle nocturne et bien d’autres facteurs. Évidemment, un tel contrôle est impossible chez l’humain ! Il n’est d’ailleurs pas souhaitable non plus, car il entraîne un important effet indésirable. En effet, un résultat démontré sur des souris identiques les unes aux autres pourrait ne pas être retrouvé avec la même force dans l’ensemble de la population des rongeurs. Dans la réalité, les animaux diffèrent les unes des autres !

Chez l’humain

Tout comme la recherche animale, la recherche humaine nécessite de réduire le plus de variables confondantes possible. C’est pour cette raison que nos études comportent plusieurs critères. Les critères d’inclusion sont ceux qui vous permettent de participer à nos études, alors que les critères d’exclusion vous en empêcheront.

Quelques critères d’inclusion courant dans nos études

Avoir le français québécois comme langue maternelle ou principale

Nous demandons à nos participants et participantes d’avoir le français québécois comme langue maternelle, c’est-à-dire de parler cette variété de français depuis l’enfance, sans regard à leur origine ethnique. Nos participants et participantes sont donc d’origines ethniques très diverses, mais ils ont en commun de parler le français québécois.

Pourquoi ce critère ?

Pour étudier les mécanismes qui permettent la perception et la production de la parole, nous utilisons des stimuli (p. ex. des enregistrements de voyelles) qui sont créés en français québécois - la variété la plus courante à Québec. Bien que les nombreuses variétés de français soient une richesse dans la réalité, dans le contexte de nos études, cette variabilité pourrait affecter les réponses de nos participants et participantes. Ainsi, en nous assurant que nos participants et participantes ont une base linguistique commune, nous pouvons comparer leurs résultats à des tâches langagières en sachant que les différences mesurées ne sont pas liées à un facteur de langue. Comme la variété québécoise est suffisamment différente des autres variétés (p. ex. Belge, Béninoise, Française, Suisse, Sénégalaise, Togolaise), il nous faut nous assurer que nos participants et participantes sont familiers avec cette variété pour bien réussir nos tests. Pour vous donner un exemple, les voyelles sont prononcées très différemment dans la francophonie. Si nous demandons à une personne d’identifier des voyelles québécoises, sa performance variera selon son bagage linguistique, alors que ce n’est pas le sujet de nos études. Nous tentons plutôt de comprendre les relations entre le cerveau et le langage, et comment cette relation évolue avec l’âge et la pratique de différentes activités.

Être droitier ou droitière (ce que l’on nomme la préférence manuelle)

Surprenant ? Il s’agit en fait d’un critère commun à toutes les études portant sur le langage et le cerveau ainsi qu’à la plupart des études portant sur le contrôle des mouvements.

Pourquoi ce critère ?

Parce que l’organisation du cerveau des gauchers est différente de celle de la majorité de la population, c.-à-d. des droitiers. Cette organisation particulière du cerveau des gauchers n’est aucunement négative ou problématique. Elle complique cependant l’interprétation des données d’imagerie par résonance magnétique (IRM) et de stimulation du cerveau. En effet, si une région de l’hémisphère gauche, par exemple le planum temporal, est spécialisée dans le traitement des sons pour les droitiers, mais pas pour les gauchers, l’anatomie, la connectivité et le fonctionnement de cette région pourraient différer d’une personne à l’autre en fonction de sa latéralisation. Pour en savoir plus, lisez notre article de blogue sur le sujet !

Être en bonne santé

En général, nous nous intéressons au fonctionnement normal du cerveau, c.-à-d. au fonctionnement du cerveau de personnes sans problème de santé majeur. Le critère inclut plusieurs types de problèmes de santé :

  • Problèmes langagiers. La majorité de nos études portent sur les mécanismes de perception et la production du langage, nous devons donc nous assurer que nos participants et participantes ont des habiletés langagières dans la normale afin de pouvoir étudier la relation entre la performance langagière et le cerveau. Nous excluons donc les personnes qui ont des problèmes langagiers diagnostiqués, comme le bégaiement, la dyslexie, la dysarthrie, la dysorthographie.
  • Problèmes d’audition. Comme nos études portent sur la perception et la production du langage, il importe de s’assurer que les résultats ne sont pas affectés par l’audition. Toutefois, comme le vieillissement entraîne un déclin normal de l’audition, nous n’excluons que les personnes avec des problèmes majeurs de l’audition, c’est-à-dire les personnes avec des implants cochléaires, ou ayant une surdité totale ou partielle d’une oreille liée par exemple à l’exposition au bruit.
  • Problèmes psychiatriques, neurologiques et cognitifs diagnostiqués. Cela inclut les troubles psychiatriques (p. ex. la schizophrénie et la dépression), les maladies neurologiques (p. ex. le TDAH et l’épilepsie) et les maladies neurodégénératives (p. ex. la maladie d’Alzheimer). Accepter des participants et participantes avec ces conditions ne nous permettait pas de faire la différence entre les facteurs que nous souhaitons étudier et ceux liés à ces maladies. De même, nous excluons les personnes qui prennent des médicaments qui affectent le cerveau (c.-à-d. les médicaments psychotropes). Ceci inclut les antipsychotiques (p. ex., Seroquel), les antidépresseurs (p. ex., Cipralex), les stabilisateurs de l’humeur (p. ex : Lithium), les anxiolytiques, les psychostimulants (p. ex., Ritaline, Concerta) et certains somnifères (p. ex.,  Zolpidem).

L’âge

Vous savez assurément que notre cerveau change énormément de l’enfance à l’âge adulte, jusqu’à la toute fin de la vie !

Plusieurs de nos études visent à comprendre les impacts du vieillissement sur le cerveau et sur les fonctions langagières et cognitives. Il faut ainsi former des groupes d’âge différents. Présentement, notre étude sur l’effet des activités musicales et non musicales sur le cerveau adulte recrute deux groupes de participants et participantes : un plus jeune (20 à 59 ans) et un plus âgé (65 ans et plus). Nous avons décidé de garder un écart entre 60 à 64 ans pour nous assurer que les groupes soient bien distincts et ainsi pouvoir isoler l’effet de l’âge sur nos résultats. Toutefois, dans d’autres études, ce groupe d’âge est inclus. Il s’agit d’un critère qui varie beaucoup d’une étude à l’autre.

Dernière modification le jeudi, 06 août 2020 13:56
Plus dans cette catégorie : « Réouverture du labo

À propos

Le laboratoire des neurosciences de la parole et de l’audition, dirigé par Pascale Tremblay, Ph.D., se spécialise dans la recherche en neurosciences cognitives du langage. Nos travaux, fondamentalement multidisciplinaires, portent principalement sur les bases neurobiologiques de la perception et la production du langage et de la voix, et sur les facteurs qui affectent notre habileté à communiquer en contexte social (âge, cognition, audition, etc.).