vendredi, 04 février 2022 16:49

La santé vocale des personnes enseignantes

Écrit par Marilyne Joyal et Pascale Tremblay

Après quelques mois d’analyses et de rédaction, les résultats de notre sondage auprès de personnes utilisant leur voix comme outil de travail sont maintenant publiés !

Peu connus du public, invisibles à l’œil nu, les troubles de voix peuvent pourtant avoir des conséquences sérieuses pour les personnes dont la voix est l’outil de travail : absentéisme plus fréquent pour cause de maladie, stress, épuisement professionnel, réorientation professionnelle, augmentation de la charge de travail pour les collègues, baisse de productivité du milieu de travail (de Brito Mota et coll., 2019; Kyriakou et coll., 2017; Giannini et coll., 2015; Martins et coll., 2014), etc. 

Facebook Article santé vocale 2

Des études réalisées dans d’autres pays, principalement en Europe, aux États-Unis et en Australie, ont indiqué que moins de la moitié des personnes ayant un trouble de la voix consultaient un professionnel de la santé (p. ex. Da Costa et coll., 2012) et qu’une majorité de travailleurs et travailleuses ne recevait pas de formation adéquate au sujet des troubles de la voix (p. ex. Van Houtte et coll., 2010). De plus, dans la littérature scientifique, un manque de clarté subsiste quant aux facteurs de risque associés aux troubles de la voix, ce qui nuit au développement de programmes de prévention basés sur les données scientifiques.

Quelle est la situation au Québec ? Notre étude visait à fournir un portrait de la santé vocale des travailleurs et travailleuses du Québec utilisant leur voix au travail et à documenter leurs connaissances sur la santé vocale. Notre étude visait aussi à identifier les facteurs de risque associés aux symptômes des troubles de la voix.

Pour atteindre ces objectifs, un sondage en ligne a été créé et partagé par courriel ou Facebook auprès de nombreuses organisations, incluant des syndicats d’enseignants et enseignantes, des directions d’écoles, des services de garde, des centres d’entraînement physique, etc. Nous avons ensuite analysé les réponses d’un total de 808 personnes ayant complété le sondage. Les principales caractéristiques des répondants et répondantes sont illustrées dans la figure 1.

Figure1 FR

Figure 1. Illustration des principales caractéristiques démographiques des répondants et répondantes.

Les résultats ont indiqué qu’environ 10 % des personnes ayant répondu au sondage avaient déjà reçu un diagnostic de trouble de la voix. Toutefois, près de 70 % présentaient souvent ou très souvent au moins un symptôme de trouble de la voix (voir figure 2A et 2B). Parmi les répondants et répondantes, 24,5 % ont rapporté avoir déjà consulté un professionnel de la santé (médecin, oto-rhino-laryngologiste [ORL] ou orthophoniste) pour des problèmes liés à la voix. Ces résultats suggèrent que les personnes utilisant leur voix comme outil de travail sont à risque de développer un trouble de la voix, mais qu’elles ne consultent pas souvent des professionnels à ce sujet. D’ailleurs, une proportion importante de répondants ou répondantes se considéraient à risque de développer un trouble de la voix (voir figure 2C) ou étaient inquiets à ce sujet (voir figure 2D). 

Figure2 FR

Figure 2. Illustration du nombre de répondants et répondantes éprouvant des symptômes affectant le larynx et la voix ou ayant des préoccupations par rapport à leur santé vocale.

Les analyses ont aussi permis d’identifier des facteurs de risque associés aux symptômes de troubles de la voix. Du côté des facteurs personnels, le nombre de symptômes souvent ou très souvent éprouvés, de même que la fréquence des symptômes, étaient plus élevés chez les femmes, les personnes ayant un problème respiratoire, du reflux gastrique ou un problème d’audition. Le fait d’avoir des allergies saisonnières ou à la poussière était aussi associé à un risque plus grand d’éprouver certains symptômes. Du côté des facteurs environnementaux, le fait de travailler dans un milieu bruyant (avec bruit de fond en continu ou des personnes qui parlent en arrière-plan) ou de travailler avec des enfants d’âge préscolaire augmentait le risque d’éprouver certains symptômes de troubles de la voix. Un plus grand nombre d’années d’expérience de travail était au contraire associé à un risque légèrement moins élevé d’éprouver certains symptômes. 

Ces résultats contribuent à identifier les facteurs de risque pour le développement des troubles de la voix. Ces connaissances sont importantes pour développer des programmes de prévention et de sensibilisation aux troubles de la voix. Par exemple, une mesure préventive à mettre en place serait de réduire les sources de bruit ambiant. Cette mesure peut entraîner une diminution de l’intensité vocale des travailleurs et travailleuses et ultimement diminuer le risque de développer des troubles de la voix. 

Concernant les connaissances au sujet de la santé vocale, le sondage a révélé qu’une grande majorité de répondants et répondants n’avaient jamais reçu d’information sur les troubles de la voix au cours de leur formation académique (94,6 %) ou de la part de leur employeur (97,6 %). D’ailleurs, seulement 36,4 % connaissaient au moins une méthode pour protéger leur voix et moins de la moitié (47,7 %) savaient quels professionnels de la santé peuvent traiter les troubles de la voix. Ces résultats mettent en lumière un besoin énorme de formation au sujet de la santé vocale chez les personnes utilisant leur voix au travail. Une meilleure formation des employeurs et employeuses pourrait également être bénéfique. En effet, moins de 10 % des répondants et répondantes ont mentionné que leur employeur mettait en place des mesures préventives au développement de troubles de la voix (utilisation d’un amplificateur vocal, pièce insonorisée, réduction du nombre de personnes dans les groupes). De plus, bien que 71,4 % des personnes ayant répondu au sondage étaient d’avis qu’un problème de voix était une raison valable de prendre un congé de maladie, seulement 25 % pensaient que leur employeur serait d’accord avec cette affirmation. Ainsi, les employeurs et employeuses pourraient ne pas être conscients des conséquences des troubles de la voix et des moyens de les prévenir. 

Il faut maintenant penser à réaliser des études empiriques pour documenter de façon plus objective la prévalence des troubles de la voix chez les personnes utilisant leur voix comme outil de travail afin de valider nos résultats et de les étendre à d’autres travailleurs et travailleuses qui utilisent leur voix comme outil de travail. 

Finalement, notre étude souligne un besoin criant de formation au sujet de la santé vocale, une situation dénoncée depuis longtemps par les spécialistes de la santé vocale. Nous espérons que nos résultats contribueront à sensibiliser les décideurs et les institutions académiques à mieux outiller les travailleurs et travailleuses.

 

Pour accéder au texte intégral de l’article scientifique : Brisson, V., Fournier, C., Pelletier, A., Joyal, M., Defoy, L., & Tremblay, P. (2022). Vocal Health and Vocal Health Knowledge Among Occupational Voice Users in the Province of Quebec. Journal of Voice.

 

Références : 

Da Costa, V., Prada, E., Roberts, A., & Cohen, S.M. (2012). Voice disorders in primary school teachers and barriers to care. Journal of Voice, 26:69–76.

de Brito Mota, A.F., Giannini, S.P.P., de Oliveira, I.B., Paparelli, R., Dornelas, R., & Ferreira, L.P. (2019). Voice disorder and burnout syndrome in teachers. Journal of Voice, 33:581. e516–581. e587.

Giannini, S.P.P., Latorre, M.dR.D.dO., Fischer, F.M., Ghirardi, A.C.dA.M., & Ferreira, L.P. (2015). Teachers' voice disorders and loss of work ability: a case-control study. Journal of Voice, 29:209–217.

Kyriakou, K., Petinou, K., & Phinikettos, I. (2017). Risk factors for voice disorders in university professors in Cyprus. Journal of Voice, 32:643. e641–643.e649.

Ma, Z., Bullen, C., Chu, J.T.W., Wang, R., Wang, Y., & Singh, S. (2021). Towards the objective speech assessment of smoking status based on voice features: a review of the literature. Journal of Voice.

Martins, R.H.G., Pereira, E.R.B.N., Hidalgo, C.B., & Tavares, E.L.M. (2014). Voice disorders in teachers. A review. Journal of Voice, 28:716–724. 

Van Houtte, E., Claeys, S., Wuyts, F., & Van Lierde, K. (2011). The impact of voice disorders among teachers: vocal complaints, treatment-seeking behavior, knowledge of vocal care, and voice-related absenteeism. Journal of Voice, 25:570–575.

 

Autres lectures suggérées :

Dernière modification le vendredi, 25 février 2022 13:54

À propos

Le laboratoire des neurosciences de la parole et de l’audition, dirigé par Pascale Tremblay, Ph.D., se spécialise dans la recherche en neurosciences cognitives du langage. Nos travaux, fondamentalement multidisciplinaires, portent principalement sur les bases neurobiologiques de la perception et la production du langage et de la voix, et sur les facteurs qui affectent notre habileté à communiquer en contexte social (âge, cognition, audition, etc.).