vendredi, 09 avril 2021 11:47

Un nouveau projet démarre au labo !

Il s’agit d’un projet de recherche coordonné par Valérie, étudiante au doctorat. Ce projet, au centre de sa thèse, vise à mieux comprendre les effets du vieillissement sur le cerveau et sur la capacité à comprendre la parole en présence de bruit, comme au restaurant. 

Comme de nombreuses activités sociales se déroulent dans des endroits bruyants, un déclin de l’habileté à percevoir la parole dans le bruit peut nuire à la communication, à la confiance en soi et mener à l’isolement chez les personnes aînées. Une meilleure compréhension des mécanismes responsables du déclin de l’habileté à percevoir la parole dans le bruit avec l’âge est nécessaire pour développer des traitements visant à maintenir ou améliorer cette habileté. 

Le projet de recherche que nous débutons repose sur l’utilisation de deux méthodes de pointe en neuroscience : l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et la stimulation magnétique transcrânienne (TMS), ainsi que sur des tests qui évaluent l’audition, la parole et la cognition.

L’étude comporte trois visites :

Visite 1 : Examen IRM

L’examen IRM permet d’acquérir des images de l’anatomie et du fonctionnement du cerveau des participants. Cette information sera utilisée pour choisir les régions du cerveau qui recevront la TMS lors des visites 2 et 3.

Visite 2 et 3

Ces visites débutent par des questionnaires et des tests mesurant l’audition et les fonctions cognitives telles l’attention, et incluent aussi deux séances de TMS. Au cours de ces séances, différentes régions du cerveau seront stimulées (4 au total). Après chaque séance, les participants et participantes auront à effectuer une tâche de perception de la parole dans le bruit, au cours de laquelle ils ou elles devront indiquer si des syllabes entendues sont identiques (p. ex. pal – pal) ou différentes (p. ex. pal – bal). Si la performance des participants et participantes est modifiée à la suite de la stimulation d’une région du cerveau en particulier, cela suggérera que cette région a un rôle à jouer dans l’habileté à percevoir la parole dans le bruit. 

Facebook Début projet Valérie étude 3

Valérie, aidée de Pascale (la directrice du laboratoire) a élaboré l’étude, préparé les protocoles de recherche, les protocoles COVID, les stimuli, les tests, et recueilli de premières données pilotes la semaine dernière. Pascale forme maintenant Valérie à l’analyse des données IRM recueillies. Ces premières données permettront d’effectuer des ajustements finaux aux protocoles et aux tests. La semaine prochaine, un deuxième test sera effectué cette fois-ci pour finaliser le protocole pour la TMS. 

Valérie devrait débuter le recrutement de participants et participantes dans les prochains jours. Nous avons besoin de vous !

Pour participer, les volontaires doivent :

Si vous souhaitez prendre part à cette étude, ou que vous avez des questions, vous pouvez nous laisser vos coordonnées en cliquant ici ou encore nous contacter au 418-821-1229 ou par courriel : Laboratoireparole@crulrg.ulaval.ca.

Les participants et participantes à l’étude recevront une compensation financière totale de 75 $. Cette étude est approuvée par notre comité d’éthique local (#1495-2018).

Dernière modification le vendredi, 09 avril 2021 12:02

À propos

Le laboratoire des neurosciences de la parole et de l’audition, dirigé par Pascale Tremblay, Ph.D., se spécialise dans la recherche en neurosciences cognitives du langage. Nos travaux, fondamentalement multidisciplinaires, portent principalement sur les bases neurobiologiques de la perception et la production du langage et de la voix, et sur les facteurs qui affectent notre habileté à communiquer en contexte social (âge, cognition, audition, etc.).