jeudi, 01 avril 2021 19:34

Chocolat et fonctions cognitives

Avec Pâques qui approche, vous vous cherchez une excuse pour manger du chocolat ? Bien que cette friandise contienne beaucoup de sucre et qu’il faille la consommer avec modération, les flavonoïdes contenus dans le cacao pourraient avoir un effet positif sur les fonctions cognitives, incluant le langage !

Vous avez bien lu, manger du chocolat pourrait avoir des effets bénéfiques sur le fonctionnement du cerveau !

Le chocolat est principalement composé de deux ingrédients : des solides non gras de cacao et du beurre de cacao. Tous deux proviennent de fèves de cacao moulues, torréfiées, décortiquées et fermentées, ainsi que de sucre. Ensemble, ces ingrédients forment la liqueur de cacao. La poudre de cacao est fabriquée en retirant une partie du beurre de cacao contenue dans la liqueur. Nous savons tous et toutes qu’il existe du chocolat noir, du chocolat au lait et du chocolat blanc, mais saviez-vous que la noirceur du chocolat était déterminée par la proportion de liqueur de cacao ? Le chocolat noir contient entre 35% et 100% de liqueur de cacao. Le chocolat au lait en contient généralement une plus petite quantité (mais au moins 25%) et du lait concentré ou en poudre est ajouté au mélange. Le chocolat blanc, quant à lui, ne contient que du beurre de cacao et des ingrédients laitiers (Katz et coll., 2011).

Chaque ingrédient qui compose le chocolat a des effets différents sur le corps humain. Un des ingrédients est la liqueur de cacao, qui contient plusieurs composés bioactifs. Le beurre de cacao est un autre ingrédient qui contient plutôt des acides gras. Les solides non gras de cacao font également partie de la recette et contiennent des vitamines, des fibres, des minéraux et des polyphénols. Ce sont les flavonoïdes (des molécules organiques d’origine végétales de la famille des polyphénols), qui donnent le goût amer au chocolat noir (Katz et coll., 2011), et qui seraient également responsables des effets du chocolat sur le cerveau. Le chocolat noir, plus particulièrement, aurait la capacité d’augmenter les fonctions cognitives car il contient davantage de flavonoïdes que les autres types de chocolat (Socci et coll., 2017).

Les flavonoïdes pourraient avoir un effet protecteur sur les neurones, stimuler leur régénération et améliorer leur fonctionnement. Les flavonoïdes ont la capacité de traverser la barrière hémato-encéphalique, une barrière physique qui filtre sélectivement ce qui entre dans le cerveau à partir de la circulation sanguine. Ils ont été retrouvés dans certaines zones du cerveau responsables de l’apprentissage et de la mémoire, tels l’hippocampe, le cortex cérébral et le cervelet (Socci et coll., 2017). Ainsi, les flavonoïdes d’origine alimentaire, tels ceux provenant du cacao, sont susceptibles d’influencer les performances cognitives et la mémoire. Ils agiraient aussi sur les principaux mécanismes responsables de l’acquisition et la consolidation des souvenirs, ainsi que leur stockage en mémoire (Spencer, 2008).

Facebook Chocolat et fonctions cognitives

Des études examinant les effets de l’administration quotidienne de flavonoïdes de cacao ont observé un effet bénéfique sur les fonctions cognitives. Après l’administration d’un test de mémoire de travail visuo-spatiale, Camfield et ses collègues (2012) ont observé que la mémoire de travail était améliorée chez les sujets ayant consommé des 250 ou 500 mg de flavanols, un type de flavonoïdes, sur une période de 30 jours (Camfield et coll., 2012) comparativement à ceux ayant consommé un breuvage contenant un placebo. Une autre équipe de recherche a observé que des personnes ayant consommé des breuvages contenant du cacao avec des teneurs de 993 ou 520 mg de flavanols à tous les jours pendant 8 semaines obtenaient une meilleure performance à un test de fluence verbale, où elles devaient nommer le plus de mots possible appartenant à une catégorie en 60 secondes, en comparaison au groupe contrôle, soit au groupe de personnes ayant consommé des breuvages contenant seulement 48 mg de flavanols (Mastroiacovo et coll., 2015). Un autre groupe de recherche a aussi observé des scores de cognition globale augmentés après la consommation quotidienne de breuvages contenant 494 mg de flavanols, pendant 28 jours. Les performances des participants et participantes étaient supérieures à des tâches mesurant les fonctions exécutives comme la mémoire à long terme, l’attention et la vitesse de traitement de l’information (Neshatdoust et coll., 2016).

Dans une étude de Desideri et ses collègues (2012), les effets cognitifs de l’administration de flavanols de cacao sur la cognition ont été évalués. 90 participants âgés, ayant un déficit cognitif léger, ont consommé des breuvages contenant des quantités différentes de flavanols (990 mg, 520 mg ou 45 mg) pendant 8 semaines. Pour deux des trois tests effectués, la performance des participants ayant consommé une quantité élevée ou intermédiaire de flavanols était meilleure que celle des participants ayant consommé une faible quantité, soit 45 mg. Les groupes ayant consommé davantage de boissons à teneur élevée en flavanols prenaient moins de temps pour effectuer le Trail Making Test A et B, qui évalue les fonctions exécutives, et avaient des scores plus élevés à un test de fluence verbale. Toutefois, il n’y avait aucune différence de performance entre les trois groupes au Mini Mental State Examination, un outil évaluant les fonctions cognitives générales. Les chercheurs ont conclu que l’administration prolongée de grandes quantités de flavanols de cacao était associée à une amélioration de la vitesse de traitement, des fonctions exécutives et de la mémoire de travail chez les personnes avec un déficit cognitif léger (Desideri et coll., 2012). Pour notre laboratoire, qui s’intéresse à la plasticité cérébrale et au maintien des habiletés cognitives et langagières avec l’âge, ces résultats sont particulièrement intéressants ! Cependant, les études sur ce sujet n’obtiennent pas toutes des résultats positifs. Alors que plusieurs suggèrent des bénéfices à court terme sur le fonctionnement cognitif, d’autres n’observent pas ces mêmes bienfaits. Par exemple, Crews et ses collègues (2008) ont étudié l’effet de la prise de barres et de breuvages chocolatés contenant 397 ou 357 mg de flavanols pendant 6 semaines. Aucun effet n’a été remarqué sur la cognition. Il est possible que, dans ces études, les flavanols étaient consommés en quantité insuffisante pour engendrer un effet bénéfique (Socci et coll., 2017). Il reste donc encore beaucoup à apprendre sur les effets potentiels des flavonoïdes, et plus largement des polyphénols, sur le cerveau et la cognition.

Il demeure en outre que le chocolat est un aliment riche en gras et en sucre. Les flavonoïdes ne sont pas les seuls ingrédients de cet aliment et il est possible que les autres composants affectent leur absorption. Notamment, le lait dans le chocolat au lait ralentit l’absorption intestinale des flavonoïdes (Latif, 2013). Les études présentées dans cet article se rapprochent davantage des effets que les flavonoïdes dans le chocolat noir pourraient avoir sur notre cerveau sans toutefois reproduire l’effet de la combinaison avec les autres ingrédients. 

Il faudra donc attendre quelques années encore avant de vraiment comprendre les effets des flavonoïdes sur le cerveau humain. Il faudra aussi déterminer si consommer du chocolat est aussi efficace que de consommer des flavanols purs, beaucoup moins intéressant sur le plan gustatif. Comme les flavanols ne constituent qu’une partie du chocolat, et qu’on y retrouve aussi beaucoup de sucre et de gras, il demeure important de modérer sa consommation de chocolat. Cela dit, puisqu’une fois n’est pas coutume et que Pâques n’a lieu qu’une fois par année, nous vous souhaitons une bonne dégustation et joyeuse Pâques à tous et toutes !

 

Références:

Camfield, D., Scholey, A., Pipingas, A., Silberstein, R., Kras, M., Nolidin, K., et al. (2012). Steady state visually evoked potential (SSVEP) topography changes associated with cocoa flavanol consumption. Physiol Behav, 105(4), 948-57. doi: 10.1016/j.physbeh.2011.11.013

Crews, W., Harrison, D., Wright, J. (2008). A double-blind, placebo-controlled, randomized trial of the effects of dark chocolate and cocoa on variables associated with neuropsychocological functioning and cardiovascular health: clinical findings from a sample of healthy, cognitively intact older adults. Am J Clin Nutr, 87(4), 872-80. doi: 10.1093/ajcn/87.4.872 

Desideri, G., Kwik-Uribe, C., Grassi, D., Necozione, S., Ghiadoni, L., Mastroiacovo, D., et al. (2012). Benefits in cognitive function, blood pressure, and insulin resistance through cocoa flavanol consumption in elderly subjects with mild cognitive impairment: the Cocoa, Cognition, and Aging (CoCoA) study. Hypertension, 60(3), 794-801. doi:10.1161/HYPERTENSIONAHA.112.193060

Katz, D., Doughty, K., & Ali, A. (2011). Cocoa and Chocolate in Human Health and Disease. Antioxid Redox Signal., 15(10), 2779-2811. doi: 10.1089/ars.2010.3697

Latif, R. (2013). Chocolate/cocoa and human health: a review. Neth J Med. 71(2), 63-8.

Mastroiacovo, D., Kwik-Uribe, C., Grassi, D., Necozione, S., Raffaele, A., Pistacchio, L., et al. (2015). Cocoa flavanol consumption improves cognitive function, blood pressure control, and metabolic profile in elderly subjects: the Cocoa, Cognition, and Aging (CoCoA) Study-a randomized controlled trial. Am J Clin Nutr, 101(3), 538-48. doi: 10.3945/ajcn.114.092189

Neshatdoust, S., Saunders, C., Castle, S., Vauzour, D., Williams, C., Butler, L., et al. (2016). High flavonoid intake induces cognitive improvements linked to changes in serum brain-derived neurotrophic factor: two randomized, controlled trials. Nutr Healthy Aging, 4(1), 81-93. Doi: 10.3233/NHA-1615

Socci, V., Tempesta, D., Desideri, G., De Gennaro, L., & Ferrara, M. (2017). Enhancing Human Cognition with Cocoa Flavonoids. Front Nutr., 4, 19. Doi : 10.3389/fnut.2017.00019

Spencer, J. (2008). Food for thought: the role of dietary flavonoids in enhancing human memory, learning and neuro-cognitive performance. Nutrition Society, 67, 238-252. doi: 10.1017/S0029665108007088

Sumiyoshi, E., Matsuzaki, K. Sugimoto, N., Tanabe, Y., Hara, T., et al. (2019). Sub-Chronic Consumption of Dark Chocolate Enhances Cognitive Function and Realeses Nerve Growth Factors: A Parallel-Group Randomized Trial. Nutrients., 11(11), 2800. doi: 10.3390/nu11112800

Dernière modification le jeudi, 01 avril 2021 19:53

À propos

Le laboratoire des neurosciences de la parole et de l’audition, dirigé par Pascale Tremblay, Ph.D., se spécialise dans la recherche en neurosciences cognitives du langage. Nos travaux, fondamentalement multidisciplinaires, portent principalement sur les bases neurobiologiques de la perception et la production du langage et de la voix, et sur les facteurs qui affectent notre habileté à communiquer en contexte social (âge, cognition, audition, etc.).