• 1
  • 2
  • 3

Laboratoire des neurosciences de la parole et de l'audition

photo equipe2019Le laboratoire des neurosciences de la parole et de l’audition, dirigé par Pascale Tremblay, Ph.D., se spécialise dans la recherche en neurosciences cognitives du langage et du vieillissement. 

Nous nous intéressons au fonctionnement et à l’anatomie du cerveau humain, et à l’impact du vieillissement du cerveau sur la perception et la production de la parole, la cognition auditive, l'audition et les interactions sociales. Nos travaux visent à identifier les facteurs pouvant avoir un effet positif sur le vieillissement de la communication et des interactions sociales. Ainsi, nous nous intéressons au chant et à l'entraînement vocal et à leur impact sur la communication, la cognition et les interactions sociales dans le vieillissement normal et pathologique. La stimulation cérébrale est une autre méthode que nous étudions pour son effet bénéfique sur la communication et la cognition. Nos travaux visent à identifier les mécanismes de plasticité qui sous-tendent ces effets bénéfiques de manière à favoriser un vieillissement positif.

Pour comprendre les bases neurologiques de la communication, et découvrir comment la communication évolue au cours de la vie, nous utilisons des approches comportementales (analyses d’erreurs, temps de réaction, traitement acoustique des données orales, etc.), physiologiques (p. ex., mesure de l’activité des muscles faciaux, respiration, etc.), et neurologiques, incluant l’imagerie par résonance magnétique du cerveau (IRM), qui nous renseigne sur le fonctionnement et l’anatomie du cerveau, la stimulation non invasive du cerveau et l’électroencéphalographie. Pour stimuler le cerveau, nous utilisons la stimulation magnétique transcrânienne (TMS), une approche très prometteuse pour l’étude du fonctionnement du cerveau et le traitement de ses maladies. Grâce à la combinaison de ces approches, nos travaux contribuent de manière unique à l’avancement des connaissances sur les bases neurologiques de la communication humaine normale et pathologique.

L’étude des neurosciences de la communication humaine adulte normale ou pathologique vous intéresse ? Vous aimeriez poursuivre des études de 2e et 3e cycles dans ce domaine, faire un postdoctorat ou un stage de recherche au sein du laboratoire ? Contactez Pascale Tremblay pour discuter des possibilités.

Nous organisons un colloque sur le vieillissement cognitif, participez en grand nombre! 

Colloque ACFAS TREMBLAY

Projets en cours  -  Recherche sur le contrôle moteur et la production du langage

motor-control Cet axe de recherche, financé par le CRSNG, porte sur le rôle des mécanismes neuromoteurs de contrôle des actions volontaires dans la production de la parole.

Ces mécanismes, qui incluent la sélection, l’initiation et l’inhibition des programmes moteurs, ainsi que le séquençage de multiples programmes moteurs pour la production de mouvements enchainés, sont essentiels à la production du langage, mais aussi à la production de tous les autres types de mouvements volontaires.

Malgré leur importance, ces mécanismes ont été très peu étudiés dans le contexte de la parole. Historiquement en effet les mécanismes neurolinguistiques (syntaxe, sémantique, etc.) ont reçu beaucoup plus d’attention que les mécanismes neuromoteurs. Les modèles du langage n’incluent presque jamais les mécanismes neuromoteurs de contrôle des actions, se concentrant plutôt sur des mécanismes propres au langage.

Ici, nous nous intéressons aux processus neuromoteurs corticaux et sous-corticaux. Nos recherches sur le langage visent à caractériser l’apport de ces mécanismes généraux dans le contrôle de la parole, de même que la manière dont ces mécanismes généraux interagissent avec les mécanismes propres au langage, et à développer des modèles neurobiologiques du langage plus complets et plus réalistes sur les plans neuroanatomique et neurophysiologique. Pour en savoir plus, voir les publications 1,9, 10, 13, 15 et 17. 

Mieux comprendre les liens entre le langage et les autres comportements volontaires complexes est essentiel pour révéler les mécanismes sous-jacents et leurs champs d’application. Cette connaissance permettra le développement de nouvelles stratégies de réadaptation basées sur l’utilisation de ces mécanismes partagés. En effet, les traitements ciblant un système, par exemple le système qui sous-tend la production de la parole ou de la voix, peuvent avoir des effets croisés importants et ainsi améliorer le fonctionnement de d’autres systèmes, comme celui de la déglutition. Afin de développer de nouveaux types d’interventions s’appuyant sur ces principes, il est essentiel de mieux comprendre les éléments de contrôle neurologiques des actions qui sont partagés, c’est à dire les mécanismes qui ne sont pas spécifiques à la production d’un seul type d’action. Pour en savoir plus, voir les publications 16 et 18

Quoi de neuf sur le blogue